Histoire - Géographie

14 Juillet 1790, la Fête de la Fédération

Le 14 juillet 1789 restera à jamais graver dans les mémoires, même si Louis XIV a pensé que la prise de la Bastille n’avait de signification. Ce jour-là, le peuple français s’est emparé d’un symbole de la royauté, entraînant inéluctablement la fin de la monarchie française.

Le 14 Juillet 1790 est moins resté dans la mémoire, bien que cette date est importante. En effet, il s’agit de l’anniversaire de la prise de la Bastille.

Un mouvement populaire et national

Dans les mois qui ont suivis la prise de la Bastille, de nombreuses communes se sont rassemblés, donnant naissance à des fédérations de commune.

Ainsi, ces dernières mont mis en place un certain nombre de célébrations, comme cela a été le cas le 30 mai 1790 dans la fédération lyonnaise.

Ce jour-là, 28 bataillons de la garde nationale de Lyon et des délégations des départements voisins ont défilé dans les rues de la ville à l’initiative de la municipalité de Lyon.

Devant un tel mouvement populaire, le commandant de la Garde nationale de Paris La Fayette décide d’organiser une fête nationale le 14 Juillet 1790 à l’occasion de l’anniversaire de la prise de la Bastille.

La Fête de la Fédération

Le 14 Juillet 1789, les différentes fédérations du pays ont défilé avec la garde de Paris dans les rues de la capital. Les chiffres divergeait déjà à l’époque : 50 000 personnes selon certains, 100 000 pour d’autres.

Les militaires sont tout d’abord passés par les Tuileries puis sont allés symboliquement devant la Bastille pour finalement arrivés au Champ-de-Mars, où les attendaient pas moins des centaines de milliers de parisiens enthousiastes malgré le mauvais temps (là encore, les chiffres divergent entre 250 000 et 400 000 spectateurs).

Le discours d’un Roi

Louis XVI, le Roi de l’époque, a assisté à la commémoration du 14 Juillet 1790 depuis le pavillon dressé devant l’École militaire en compagnie de sa femme Marie-Antoinette.

Il a été salué par La Fayette qui a fait son arrivée sur un cheval blanc et, au nom de toutes les fédérations, a prononcé le serment suivant.

Nous jurons de rester à jamais fidèles à la nation, à la loi et au roi, de maintenir de tout notre pouvoir la Constitution décrétée par l’Assemblée nationale et acceptée par le roi et de protéger conformément aux lois la sûreté des personnes et des propriétés, la circulation des grains et des subsistances dans l’intérieur du royaume, la prescription des contributions publiques sous quelque forme qu’elle existe, et de demeurer unis à tous les Français par les liens indissolubles de la fraternité. ».

Le président de l’Assemblée, Charles de Bonnay, a également prêté serment pour l’ensemble des députés et de leurs électeurs. Puis cela a été au tour du Roi de France d’en faire de même.

Moi, roi des Français, je jure d’employer le pouvoir qui m’est délégué par la loi constitutionnelle de l’État, à maintenir la Constitution décrétée par l’Assemblée nationale et acceptée par moi et à faire exécuter les lois.

Cette anecdote...

  • Je la raconterai (0)
  • Je la garderai pour moi ;-)  (0)
Elle vaut :
14 Juillet 1790, la Fête de la Fédération
Notez cette anecdote

Je la partage...

A propos de l'auteur

Charles-Henri Du Pré

329anecdotes 23063points

Co-fondateur & Rédacteur de l'Anecdote.
Le rêveur de l'Anecdote
"Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie (Confucius)."

Laissez un commentaire