Histoire - Géographie

Une cité maya découverte par un ado ?!

L’affaire a fait le tour des médias il y a quelques semaines. William Gadoury, un jeune garçon âgé de 15 ans, a découvert une cité maya en observant le placement des constellations maya. Une véritable prouesse pour cet adolescent, encensé par la « NASA, […] l’Agence spatiale canadienne et […] l’Agence spatiale japonaise ».

Une belle histoire en somme … enfin, pas tout a fait car l’information relayée par le Journal de Montréal est loin de faire l’unanimité auprès de la communauté scientifique, loin de là. Pour ces derniers, la cité maya n’existe pas. Logique ou simple aigreur de la part des chercheurs ?

La découverte de la cité maya K’àak’ Chi’

Depuis son plus jeune âge, William est feru d’astronomie. Une passion qu’il a mis à profit lorsqu’il s’est intéressé à la civilisation maya en 2012, et plus particulièrement au calendrier maya qui annonçait la fin de notre monde cette année.

Dans ses recherches, le collégien a trouvé 22 constellations dans le Codex Maya de Madrid. En approfondissant ces recherches, il s’est aperçu que des sites maya correspondaient à l’emplacement des constellations préalablement trouvées.

Une cité maya ans la Péninsule de Yucatan ?

Au total, les 142 étoiles correspondent à 117 sites mayas de la péninsule du Yucatan. De quoi le conforter dans son intuition de départ : les mayas ont utilisé des constellations afin de déterminer l’emplacements de leurs villes .

Toujours dans ses recherches, William Gadoury a découvert l’existence d’une 23ème constellation, composée de 3 étoiles mais seulement 2 cités mayas connus alors qu’il devrait en avoir une autre.

Une aide des agences spatiales

Fort de ce constat, le québécois est entré en contact avec la NASA (agence spatiale américaine), l’ASC (agence spatiale canadienne) et la JAXA (agence spatiale japonaise) pour leurs exposer ses recherches.

Les différentes agences spatiales ont alors lancé des investigations pour retrouver la cité maya perdue. « Des formes géométriques, comme des carrés ou des rectangles » ont été découvert, l’hypothèse du site maya, qu’il a nommé « K’àak’ Chi' » (bouche de feu en français) prenant forme encore un peu plus.

Depuis cette découverte, William Gadoury a présenté son projet à des archéologues mais pour l’instant, personne n’est allé vérifier son hypothèse, faute d’argent. Toutefois, le jeune homme a impressionné de nombreux scientifiques, comme Daniel De Lisle, de l’Agence spatiale canadienne.

Ce qu’il y a de fascinant dans le projet de William, c’est la profondeur de sa recherche. Faire le lien entre la position des étoiles et la localisation d’une cité perdue et l’utilisation des images satellitaires sur un tout petit territoire pour y déceler des vestiges enfouis sous une végétation très dense, c’est tout à fait exceptionnel !

Mais il n’a pas fait l’unanimité, loin de ça. En effet, une grande partie de la communauté scientifique rejette l’existence de la cité maya K’àak’ Chi’.

Une base non solide sans preuve scientifique

Les mayas n’ont pas pu fonder les cités en fonction des constellations car selon Marie-Charlotte Arnauld, une imminente archéologue du CNRS, la civilisation n’en possédait pas.

Des amas stellaires

Cette histoire de planification de l’ensemble des cités en fonction des constellations est une aberration : les constellations sont des constructions culturelles (il s’agit juste de relier des points) et les nôtres nous viennent des Grecs !

De plus, elle affirme qu’il il est impossible pour elle que les mayas ont planifié l’emplacement de leurs villes car ces dernières n’ont pas toutes été fondées à la même époque. En effet, la peuple maya a vécu plusieurs millénaires, entre 2600 avant J-C et 1520 après J-C. La planète ayant elle-même changée entre temps, il est peu concevable qu’elle ait envisagé la construction de ces villes sur une si longue période, sans prendre en compte de l’évolution certaine de la Terre.

Surtout que l’emplacement de la cité maya K’àak’ Chi’ a changé une fois après la publication de l’article du Journal de Montréal, passant du Belize au Mexique. Une confusion décrédibilisant l’hypothèse de William Gadoury. « Avec mes collègues, on rit beaucoup en regardant la carte censée situer l’emplacement de la cité. » a même ajouté l’archéologue française sur le sujet.

Malgré le fort scepticisme de la communauté scientifique de l’existence de la cité maya, certains chercheurs accordent toujours du crédit à cette hypothèse.

Le bénéfice du doute pour l’existence de la cité maya

Le fait qu’aucune preuve scientifique ne corrobore avec l’intuition du jeune québécois ne suffit pas à l’écarte selon certaines personnes. En effet, de nombreuses théories scientifiques sont nées après des intuitions, comme Isaac Newton avec la loi universelle de la gravitation (elle lui serait venue à l’esprit après avoir vu une pomme tombée d’un arbre).

De même, le dernier théorème de Fermat énoncé par Pierre de Fermat au XVIIème siècle n’a été prouvé que récemment, soit 3 siècles après l’intuition du scientifique. Pour autant, l’affirmation était exacte, même sans les preuves de la science.

De ce fait, une poignée de scientifique pense qu’il faille tout de même vérifier la présence ou non d’une cité maya au Mexique, bien que de nombreuses recherches archéologiques aient déjà été effectuées auparavant. C’est en tout cas ce que pense Eric Taladoire, un des spécialistes de la culture maya.

La méthode doit faire l’objet d’une vérification au sol, mais l’hypothèse mérite d’être vérifiée.

Cette anecdote...

  • Je la raconterai (0)
  • Je la garderai pour moi ;-) (0)
Elle vaut :
Une cité maya découverte par un ado ?!
Notez cette anecdote

Je la partage...

A propos de l'auteur

Charles-Henri Du Pré

329anecdotes 36158points

Co-fondateur & Rédacteur de l'Anecdote.
Le rêveur de l'Anecdote
"Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie (Confucius)."

Laissez un commentaire