Société

L’identité de Jack l’Éventreur enfin dévoilée ?

Il reste le tueur en série le plus célèbre d’Outre-Manche. Et jusqu’à récemment, personne n’a réussi à mettre un visage sur Jack l’Éventreur et ce, malgré de nombreuses enquêtes policières et d’innombrables théories élaborées depuis plus de 200 ans.

Cependant, 2015 va peut-être changer la donne. En effet, un chirurgien aurait finalement trouvé son identité. Découvrez la véritable histoire de Jack l’Éventreur.

Jack the Ripper

C’est ainsi que les gens ont nommé le serial killer qui officiait dans la ville de Londres en 1888, dans le quartier de Whitechapel. Son nom est apparu la première fois dans une lettre adressée à Scotland Yard (police anglaise) puis a été repris par les journaux.

Ses meurtres ont plongé la capitale anglaise dans un état de terreur et d’angoisse pendant des semaines, les assassinats étant d’une rare violence et le tueur en série échappant facilement aux forces de l’ordre. Les médias ont entretenu ce climat de panique en relayant ces féroces agressions, les difficultés de Scotlant Yard à trouver un suspect et en sortant chaque jour des théories plus ou moins farfelues sur Jack l’Éventreur.

Mais qui aurait cru que le tueur en série se cachait parmi ces médias ?

Le journaliste Francis Spurzheim Craig

À l’époque, Craig est un journaliste travaillant sur les faits divers. Il a fait partie des personnes qui ont couvert les actions du tueur en série londonien en 1988. Il aurait commis les premiers meurtres dans le but de tuer sa femme, Elizabeth Weston Davies.

Mais pourquoi peut-on donner plus de crédits à cette nouvelle théorie émise par un chirurgien britannique, le Dr Wynne Weston-Davies, partie à la retraite en 2011 ? Parce que la justice anglaise a autorisé pour la première fois l’exhumation d’une des victimes de Jack l’Éventreur.

Tout a commencé lorsque le Dr Wynne Weston-Davies s’est mis à rechercher une de ses grandes tantes disparues à la fin des années 1880, Elizabeth Weston Davies. Après plusieurs investigations, il a découvert que cette dernière a été mariée à Craig en 1884.

Une année plus tard, le journaliste a découvert que sa femme se prostituait dans le quartiers de Whitechapel sous un autre nom qui serait Mary Jane Kelly, soit le nom de la dernière victime de Jack l’Éventreur. Fou de jalousie, Francis Spurzheim Craig aurait tué violemment quatre personnes, toutes des femmes de joie, avant d’assassiner sa femme.

Le chirurgien britannique a exposé cette théorie dans un livre publié le 3 Août 2015.

The Real Mary Kelly

D’autres éléments appuient la théorie du Dr Wynne Weston-Davies sur la véritable identité de Jack l’Éventreur.

Tout d’abord, le journaliste habitait à sept minutes de la première scène de crime, à Mile End Road. La dernière victime ne correspond pas au profil de victimes du serial killer (voir plus loin). De plus, Craig s’est suicidé en se tranchant la gorge avec une lame de rasoir, exactement le mode opératoire du tueur en série.

L’exhumation de Mary Jane va permettre de savoir dans un premier temps si la grande Elizabeth Weston Davies et Mary Jane Kelly sont bel et bien la bonne personne.

Le parcours de Jack l’Éventreur

Il a fallu seulement une dizaine de semaines à Jack the Ripper pour devenir un mythe, une légende. Dix semaines pendant lesquels il a assassiné cinq femmes, tous des prostitués travaillant dans le quartier de Whitechapel et laissé des cadavres dans un état terrible.

Image du parcours de Jack l'Éventreur

Les quatre premières victimes

La série de meurtre a commencé le 31 août 1888 avec Mary Ann Nichols, retrouvée dans une rue de Buck’s Row. La victime est morte par étranglement puis son corps a été sauvagement attaqué : de nombreux coups de couteaux ont été portés profondément, la gorge a été tranchée et les parties génitales ont été visées.

La violence de ce premier meurtre choque l’opinion publique. Le corps d’Annie Chapman, la deuxième victime, est découvert le jour des funérailles de Mary Ann le 8 Septembre 1888. Son corps a été retrouvé dans la matinée à Hanbury Street et présente des similitudes avec celui de Mary Ann Nichols.

Les policiers de Scotlant Yard comprennent qu’ils ont affaire à un tueur en série, Jack l’Éventreur qui opère (presque) toujours le même mode opératoire. Il tue ses victimes en les étranglant puis les égorge pour enfin les éviscérer.

Les victimes sont toutes des femmes âgées de plus de 40 ans. Elles vivent seules et n’ont pas d’enfants. Elle marchande leur corps pour gagner de l’argent. Les victimes suivantes confirmes ce mode opératoire. Elizabeth Stride est retrouvée le 30 Septembre 1888 à Dutfield’s Yard. Son corps a été le seul à ne pas être mutilé, le meurtrier n’ayant pas eu le temps de faire. Il s’est rattrapé sur la victime suivante, Catherine Eddowes tuée le même jour.

La panique s’installe alors à Londres. L’inefficacité de la police anglaise inquiète, d’autant plus que cette dernière a ni suspects ni pistes concrètes, ce qui la pousse à suivre les pistes les plus hasardeuses les unes que les autres. Les politiciens sont également pris à partie par la population, les jugeant responsables de la situation.

La folie meurtrière de Jack l’Éventreur prend fin le 9 Novembre 1988 avec une dernière victime.

Mary Jane Kelly

Contrairement aux quatre premières victimes, Mary Jane Kelly est une belle jeune femme. Elle possède aussi sa propre résidence où elle y convie ses clients. Elle a d’ailleurs invité son meurtrier la nuit du 8 au 9 novembre 188. Son corps est retrouvé dans sa chambre le 9 et est examiné par un médecin légiste, le Dr Bond. Son rapport parle de lui-même.

Au milieu de cette mare écarlate, Mary Jane Kelly est allongée sur le dos dans son lit, le visage tourné vers la gauche, son bras gauche sur son ventre et l’autre tendu le long du corps, avec les doigts serrés d’une manière impossible. Sa gorge a été tranchée jusqu’à l’os, son corps est transpercé de coups de couteau rageurs et irréguliers et son visage est méconnaissable. Les jambes sont largement écartées, elle a l’abdomen complètement ouvert, les seins coupés à leur base, et ses organes sont dispersés un peu partout. On retrouve un de ses seins, son utérus et ses reins sous sa tête, son foie à ses pieds, ses intestins entre ses jambes. L’intérieur de la peau de ses cuisses et celle de son abdomen est arrachée et soigneusement empilée sur la table de nuit à côté d’elle. Son cœur demeure introuvable.

Il aurait fallu trois heures à Jack l’Éventreur pour mettre sa dernière victime dans cet état. À titre de comparaison, il aurait pris 15 à 20 minutes pour ses précédentes victimes.

Ce meurtre est le plus violent commis par le tueur de Whitechapel. Cette violence s’expliquerait par la rancoeur qu’aurait Francis Spurzheim Craig pour sa femme, Elizabeth Weston Davies. Pour d’autres, c’est parce que Jack l’Éventreur avait le temps d’assouvir ses fantasmes car il l’a commis dans une maison. Mais le fait que Mary Jane ne fasse pas partie du profil des victimes traditionnelles du serial killer londonien est troublant et renforce un peu plus la théorie du Dr Wynne Weston-Davies.

Dans tous les cas, la série de meurtres a pris fin ce jour-ci. La police anglaise patine toujours et trouve tant bien que mal des suspects crédibles. Certains ont même fait l’objet de théories (voir plus bas). Pour calmer l’agitation des citoyens, la police annonce la démission de Charles Warren, le chef de Scotland Yard.

Melville Macnaghten, le nouveau chef de la police anglaise, désigne en 1892 John Druitt comme officiellement Jack the Ripper car ce dernier a été aperçu plusieurs fois dans le quartier de Whitechapel pendant cette période. Il s’est suicidé quelques jours après la mort de Mary Jane Kelly, pris de remords.

Une erreur de la part de Melville car John a un alibi pour au moins deux des meurtres. Mais peut-être une erreur calculée selon Sophie Herfort, une écrivaine française qui pense Jack L’Éventreur est le chef de police. Elle a d’ailleurs écrit un livre, Jack l’Éventreur démasqué.

Cette anecdote...

  • Je la raconterai (1)
  • Je la garderai pour moi ;-)  (0)
Elle vaut :
L’identité de Jack l’Éventreur enfin dévoilée ?
4 (80%) 1 vote

Je la partage...

A propos de l'auteur

Charles-Henri Du Pré

327anecdotes 18414points

Co-fondateur & Rédacteur de l'Anecdote.
Le rêveur de l'Anecdote
"Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie (Confucius)."

Laissez un commentaire