Sciences

La foudre le remède miracle pour les chauves ?

Proposé par L'anecdoteur du 20

Voici l’histoire d’un homme à la fois chanceux et malchanceux qui a été frappé une fois par la foudre.

Il y a plus de 32 millions d’éclairs chaque année dans le monde. Mais la probabilité d’être frappé soit même par la foudre est de 1 chance sur 1 million.

En 1980, un Américain a vu sa vie radicalement changé grâce à la foudre. Edwin Robinson originaire de Falmouth dans le Maine a survécu à un grave accident.

Cet accident changea sa vie car il devint en grande partie aveugle et sourd.

Neuf années plus tard lors d’une promenade normale avec son poulet de compagnie, il est pris dans un orage. Au lieu de rentrer chez lui, il décida de se mettre à l’abri sous un arbre.

La raison est sans doute qu’il vivait dans une caravane en aluminium. L’aluminium est connu pour attirer la foudre.

Son choix fut bon mais si Edwin Robison fut frapper quand même par la foudre.

En général, être frapper par la foudre est plutôt une mauvaise chose. En effet, une simple décharge peut contenir jusqu’à 100 millions de volts.

Si l’éclair se décharge directement sur une autre humain, c’est très souvent fatal pour cette humain! Ce choc provoque très souvent de graves brûlures et des accidents cardiaques.

La foudre brûla toute l’herbe autour de lui. Son appareil auditif fut complètement détruit par ce choc électrique. Edwin resta inconscient pendant près de 20 minutes.

Lorsqu’il reprit conscience, il alla se reposer dans sa maison. Quand Edwin se réveilla, il se rendit compte que sa vue n’était plus floue. Et également plus surprenant encore, il trouva sur sa tête des cheveux en train de pousser après 35 années sans cheveux.

Cette anecdote...

  • Je la raconterai (1)
  • Je la garderai pour moi ;-) (0)
Elle vaut :
La foudre le remède miracle pour les chauves ?
Notez cette anecdote

Je la partage...

A propos de l'auteur

L'anecdoteur du 20

364anecdotes 61117points

Co-fondateur & Webmaster & Rédacteur de l'Anecdote
Le "touriste" de l'Anecdote
“Si j’étais médecin, je prescrirais des vacances à tous les patients qui considèrent que leur travail est important.” (Bertrand Russell)

Laissez un commentaire